Étiquettes


Le premier contact avec le travail de Daniel Broz est une rencontre surprenante avec la couleur. Posée au pinceau, projetée ou encore coulée, celle-ci est omniprésente. Avant d’en appeler à la réflexion, elle en appelle à nos ressentis premiers et à nos émotions brutes. Devant ces teintes vives et vibrantes, face à ces formes multiples, l’indifférence n’est pas de mise.
À ce stade, nous n’avons découvert qu’une seule dimension du travail de cet artiste aussi spontané que méthodique.

À mesure que s’intensifie le dialogue entre l’œuvre et celui qui la contemple, des lignes fortes se révèlent. En effet, derrière cette profusion de couleurs, on découvre une organisation discrète qui relève de l’architecture. Dans ce qui semblerait chaotique s’invite une géométrie abstraite qui structure l’œuvre et lui confère une réelle profondeur à travers laquelle le regard se promène, et, dans cette autre dimension, parfois se perd.

Les toiles de Daniel Broz sont pleines. Il arrive même que l’artiste en occupe les côtés,  ajoutant là aussi une dimension nouvelle vers laquelle le regard se déplacera. Pourtant, Daniel Broz ne laisse jamais d’impression de surcharge. Ailleurs, il délimitera précisément sa zone de travail en masquant les bords de la toile. L’encadrement devient alors partie intégrante de l’œuvre elle-même. Les grands formats montrent toute la force du geste, toute l’énergie qui sous-tend le mouvement de l’artiste. 

Originaire de République tchèque, Daniel Broz a commencé par le dessin. Un séjour en Allemagne lui permettra de travailler sur le nu avant de s’adonner à la peinture peu après son arrivée en France. Ses premiers travaux de peinture sont alors des retranscriptions de ses dessins. En souriant, il évoque la période au cours de laquelle son travail est devenu plus complexe. D’œuvres qu’il qualifie de minimalistes, il passe à des productions plus denses, plus spontanées. Sur le choix des formats, il explique avec humour qu’il s’adapte aux espaces dont il dispose pour peindre.

Ici, l’artiste présente 25 œuvres indépendantes les unes des autres. Il a fait le choix de s’adapter au lieu qui accueille son travail. C’est donc une exposition unique.

Les œuvres présentées sont certes indépendantes et se suffisent à elles-mêmes, elles se répondent pourtant et nous renvoient les unes aux autres. Le visiteur de l’exposition ne manquera pas de remarquer une œuvre singulière parmi cette sélection. Celle-ci, plus épurée et la seule qui ne soit pas intégralement couverte, préfigure la direction que l’artiste explore à l’heure actuelle.

Je vous invite à consulter le site de l’artiste ici.